C   H   R   E   T   I   E   N

 P a r t i  p o l i t i q u e  d é m o c r a t i q u e : ni de gauche, ni de droite, ni du centre, ni des extrêmes  -  fondé en 2015 par Emmanuel Colbrant qui en est le président

gallery/logo chretien
gallery/logo chretien
gallery/logo chretien
gallery/logo chretien
gallery/logo chretien
gallery/logo chretien
gallery/logo chretien
gallery/logo chretien
gallery/logo chretien
gallery/logo chretien
gallery/logo chretien
gallery/logo chretien
gallery/logo chretien
gallery/logo chretien
gallery/logo chretien
gallery/logo chretien
gallery/logo chretien
gallery/zdez
gallery/hhfyio
gallery/jcfghj
gallery/kgyuiopm

https://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Escada

CE Revendeur de livres d'occasion N'A RIEN A VOIR AVEC JESUS mais IL SERT LE DIABLE !


Alain Escada, né le 16 mai 1970 à Bruxelles, est un militant d'extrême droite belge ; il est, depuis 2012, président de Civitas, une association catholique intégriste, qu'il oriente vers la politique puis qu'il transforme en parti politique.

Biographie
Alain Escada commence sa carrière politique au sein de la mouvance nationale-catholique dès l'âge de 18 ans, collabore au journal d'extrême droite Le Cri du Citoyen de Francesco Catania. Rompant avec ce parti, il dirige la section jeunesse de Belgique-Europe-Belgïe, cartel électoral unitariste d'extrême droite créé en 1989, avant de fonder son propre groupe dissident appelé Unie. En dehors de ses activités militantes, Alain Escada exerce la profession de bouquiniste.

Conférencier occasionnel pour le Club du beffroi, qui se veut l'antenne belge du Club de l'horloge, Alain Escada fonde, après l'échec d’Unie, la publication Polémique-Info en 1995, une publication qui est alors le seul hebdomadaire d'extrême droite francophone en Belgique. On y retrouve l'ensemble des courants constituant l'extrême droite francophone de Belgique et des collaborateurs issus de la Nouvelle Droite néo-païenne, de la droite catholique intégriste, de l'« ultra droite » libérale et de mouvements néo-nazis, ainsi que d'anciens correspondants du Nouvel-Europe Magazine. Autour des années 2000, Polémique-Info s'est référé plusieurs fois à Henry Coston et aux périodiques Faits et Documents, Lectures Françaises et Lecture et Tradition.

En 1995, il adhère au Front nouveau de Belgique (FNB), une dissidence du Front national de Belgique (FNB), dont il devient le porte-parole l'année suivante, avant d'en être exclu en 1997 à la suite des ennuis financiers de Polémique-Info qui occasionnent des plaintes contre lui pour faux, abus de confiance et détournement de fonds de la part de certains dirigeants du parti. En 1999, sans succès, Alain Escada, présente aux élections régionales bruxelloises une liste électorale d'extrême droite sous le sigle ZUT. Soutenu financièrement par d'anciens membres du FNB, des cadres de la nouvelle droite et « certains nostalgiques du nouveau national socialisme », il poursuit néanmoins la publication de Polémique-Info jusqu'en 2002. En 2006, à la suite d'un conflit avec le site RésistanceS porté en justice, le tribunal la condamne à un euro en réparation du préjudice causé pour violation de droits d'auteur, mais déboute l'action intentée par Alain Escada, bien que recevable, et condamne donc les demandeurs au principal aux dépens, indiquant qu’il existe « au sein de la revue Polémique-info des accointances fascistes incontestables, au sens le plus strict du terme ». Alain Escada a également collaboré à la rédaction du journal satirique Père Ubu. Il a aussi représenté en Belgique le journal Rivarol.

À cette période, sa carrière semble prendre un tournant et il déclare renoncer à son passé de militant d’extrême droite. Inspiré par des mouvements politiques chrétiens tels qu'exposés par certains travaux de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, Alain Escada investit l'association sans but lucratif (asbl) nationale-catholique Belgique et Chrétienté dont il prend la présidence, proposant un site internet, resté marginal mais aux accents notamment anti-islamiques. Avec cette structure, il organise ou prend part à différentes actions des milieux conservateurs et traditionalistes catholiques telles qu'une manifestation du 17 septembre 2005 contre l'adoption d'enfants par les couples homosexuels, une Journée européenne pour la Vie dont la seule édition s'est tenue à Bruxelles le 25 juillet 2006 ou encore l’European Family Pride, organisée par la mouvance pro-vie le 5 mai 2007.

Partageant ses activités militantes entre la Belgique et la France, il rejoint l'Institut Civitas, association militante française d'extrême droite, alors proche de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, dont il devient secrétaire général en 2009. Sous son influence, l'institut Civitas gagne en notoriété, mais se politise, se radicalise et perd ses adhérents les plus modérés. Pour Libération, au milieu des années 2010, « Civitas ne mobilise plus que des marges » : « des gens sérieux qui représentaient quelque chose dans le microcosme tradi ont, sans claquer la porte, disparu pour laisser place à des troisièmes couteaux plus ou moins allumés ». C'est notamment le cas de l'amiral de Penfentenyo, fondateur de Civitas, qui abandonne la présidence de l'organisation en 2012, au profit d'Alain Escada.

En 2012-2013, Civitas s'engage contre le mariage homosexuel en France, disputant le terrain au collectif La Manif pour tous.

Courant 2016, Escada se rapproche à nouveau de l'extrême-droite, ce qui a pour effet de détacher de la FSSPX le mouvement Civitas, qu'il transforme en un parti politique. Fin 2016, Escada lance, avec François-Xavier Peron et Stefano Pistilli, la Coalition pour la vie et la famille, qui est reconnue début 2017 comme parti politique européen par instances européennes.

gallery/jgjk
gallery/jhdyuiop
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jgjk
gallery/logo chretien
gallery/jgjk
gallery/jfjro
gallery/jfjro
gallery/jfjro